Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notre parti, c'est Gourin

De l'importance du devoir de mémoire...

9 Septembre 2014, 22:26pm

Publié par Gilles Bolzer

De l'importance du devoir de mémoire...

Samedi dernier, par une exceptionnelle matinée, une partie des membres du bureau du Souvenir français des cantons de Gourin et du Faouët a assisté à une cérémonie départementale commémorant le centenaire de la Grande Guerre à Pontivy. Cette délégation se composait de Roberte Le Scouarnec (présidente), de moi-même (vice président) et de Jean Paul Sylvestre (trésorier).

Cette cérémonie militaire s'est déroulée, devant le quartier Clisson à Pontivy, pour rappeler le courage du 2ème régiment de chasseurs à cheval et du commandant Eugène Keiser, héros de la grande guerre. En effet, la ville de Pontivy a été choisie - comme celle de Quimper dans le Finistère - dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale pour représenter le Morbihan lors de la manifestation "100 villes - 100 héros - 100 drapeau". En présence de Christine Le Strat, maire, Bernard Le Menn, sous-préfet et le contre-amiral Olivier Coupry, représentant du chef d'état-major des armées, une plaque a été dévoilée en l'honneur de ces valeureux soldats.
Cette cérémonie revêt à mes yeux une importance très particulière. En effet, en raison de mon activité professionnelle, j'y accorde une importance toute historique. Mais en ma qualité de citoyen, membre d'une association du souvenir, membre élu au Conseil municipal de Gourin, je me dois comme toute personne qui serait dans la même position, d'assister et de soutenir des initiatives telles que celle-ci. C'est à nous tous, nés bien après les deux conflits mondiaux de porter désormais le flambeau de la relève patriotique et commémorative.

Parce que je suis historien, je sais combien les leçons du passé doivent servir à ceux qui vivent dans le présent.

Parce que je suis professeur d'éducation civique, je sais que le patriotisme bien instruit sert à éviter les conflits meurtriers.

Enfin, parce que je suis un citoyen, j'ai le devoir de mémoire : je ne peux oublier toutes celles et tous ceux qui ont donné leur vie pour me permettre aujourd'hui de jouir de ma liberté et de mon droit à l'expression.

C'est une leçon de vie qui doit être comprise et partagée par tous. J'espère qu'elle l'est !

Reportage en forme de résumé de cette cérémonie

Commenter cet article