Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notre parti, c'est Gourin

"Rafale" express et après ?

16 Février 2015, 18:04pm

Publié par Gilles Bolzer

"Rafale" express et après ?

C'est fait !

Pour la première fois depuis sa conception, la France vient de vendre son Rafale à l'étranger...

On attendait cette nouvelle depuis le 21 avril 1988, date de conception de ce 6ème avion de chasse français (fabriqué depuis 1945). Quand je dis "on", je parle bien évidemment de la société Dassault mais aussi du gouvernement français, tout bord politique confondu. Ne faisons pas la fine bouche : le Rafale c'est d'abord un très bon avion de chasse. Il l'a prouvé sur le théâtre des opérations au Mali, en Irak, en Afghanistan ou en Lybie. Sa polyvalence a su séduire un gouvernement égyptien prompt à s'équiper afin de contrecarrer la menace islamiste à ses portes.

Cette vente record, la première du genre, pourrait ouvrir la voie à d'autres succès commerciaux dans un futur très proche. En effet, après le dernier fiasco brésilien (10 ans de négociations pour rien), les regards se tournent désormais vers l'Union Indienne. Cette dernière est sur le point d'acheter 126 appareils ! Si cette commande se concluait, c'est un véritable pactole financier qui tomberait dans l'escarcelle de Dassault et de ses 500 sous-traitants. Chaque appareil vaut en effet entre 128 et 140 millions de $ contre 159 millions de $ pour son concurrent américain le F-35 ! De plus, si l'on totalise les salariés de Dassault et ceux de ses sous-traitants qui travaillent sur le Rafale, on comptabilise près de 7000 personnes (sources : "Challenges" et " France Info").

En temps de crise économique, personne ne pourra contester le maintien et le développement de l'emploi, fusse t-il militaire...

Vendre des armes, puisqu'il s'agit bien de cela est condamnable par la morale. Certes oui !

Je suis le premier à le reconnaître. Cependant, ici aussi, il ne faudrait pas perdre de vue que cela a toujours été essentiel pour l'économie française. Les chiffres qui suivent peuvent donner une idée précise du poids du lobby de l'industrie de l'armement en France. Les exportations françaises d'armements en 2013 ont progressé d'environ 30% par rapport à 2012. En 2013, les prises de commandes se sont élevées à 6,3 milliards d'euros, contre 4,8 milliards d'euros en 2012 (source : site "20 minutes.fr"). Le contrat que la France vient de signer avec l'Egypte porte sur 5,2 milliards d'euros ! En 2014, les cinq principaux exportateurs d’armes au monde sont les États-Unis, la Russie, l’Allemagne, la Chine et la France, qui représentent les trois quarts des ventes d’armes internationales au cours des cinq dernières années. Suivent le Royaume Uni, l’Espagne, l’Ukraine, l’Italie et Israël (source www.rfi.fr).

Vendre des armes peut donc être condamnable du point de vue de la morale mais la réalité de la situation économique de la France tempère évidemment ces propos. Tout pacifiste que je suis, je suis conscient que des emplois sont en jeu. Tout pacifiste que je suis, je reconnais qu'aujourd'hui la France doit se doter d'une armée et d'un armement efficaces seuls garants de notre sécurité. Cela est et demeurera longtemps la réalité dans un monde qui tourne à l'envers.

Cependant, au-delà de ces considérations, je dois avouer que cette vente d'armes (il ne s'agit pas uniquement de Rafales) ne me plaît pas. Pourquoi ? Je crois tout simplement qu'au delà des aspects économiques et sociaux évoqués ci-dessus, la France doit se garder de tomber dans l'excès. La patrie des Droits de l'Homme et du Citoyen ne peut fermer les yeux sur des gouvernements qui seraient de pseudo-démocraties. L'Egypte, à cet égard, a beaucoup à travailler car nous sommes très loin d'une république sans reproche.

Vendre des armes, pourquoi pas ?

Les vendre à tout le monde et à n'importe quel prix, certainement pas !

Commenter cet article