Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notre parti, c'est Gourin

Bolloré investit la sphère de la voiture électrique

8 Décembre 2014, 20:27pm

Publié par Gilles Bolzer

Bolloré investit la sphère de la voiture électrique

Le groupe a déposé un dossier auprès du ministère de l’Economie afin de déployer 16.000 points de charge publics pour véhicules électriques et hybrides en France, un investissement de 150 millions d’euros sur 4 ans.

Article(s) associé(s)

Le suspense était tout relatif. Lorsque le ministre de l’Economie Emmanuel Macron annonçait ce 27 novembre qu’un « opérateur privé » allait annoncer une installation massive de bornes de recharge pour véhicules électriques, les regards étaient déjà tous tournés vers le groupe Bolloré, propriétaire d’Autolib’ et candidat de longue date au déploiement d’un tel programme. Profitant d’une loi promulguée début août qui facilite la voie aux acteurs privés, le groupe a déposé son offre le 1er décembre, a annoncé hier Bercy.

Certes, Bolloré a perdu en ambition depuis un an : « Nous sommes prêts à installer 15.000 bornes sur tout le territoire en deux ans », déclarait Vincent Bolloré en janvier : ce sera finalement 16.000 en quatre ans. Le groupe investira 150 millions d’euros sur la période, et devrait en retour être exempté de redevance d’occupation du domaine public. Si l’offre Bolloré n’a « pas vocation à se substituer aux initiatives des collectivités », comme le précise le Ministère, il va en tout cas donner un coup d’accélérateur inédit au développement du réseau national.

« Un long retour sur investissements »

La loi sur la transition énergétique prévoit d’atteindre 7 millions de bornes en 2030, contre 9.500 en état de fonctionnement aujourd'hui selon l’Avere ( voir la carte de chargemap.com ). Bolloré est déjà de loin le premier opérateur national, avec 6.000 bornes majoritairement réparties dans ses trois réseaux d’auto-partage de Paris, Lyon et Bordeaux. Cette fois, c’est l’ensemble du territoire français qui est visé. Les communes bénéficieront gratuitement de l’implantation, à condition d’accorder des contrats d’exploitation de longue durée. « Le retour sur investissements sera long », justifie le groupe.

Concernant la puissance de charge, Bolloré a opté pour un niveau de 7,4 kilowatts, qu’il qualifie de « semi-accéléré ». Une puissance certes supérieure à la plupart des bornes déjà installées pour de la recharge nocturne (3 kW), mais bien inférieure à ce que permettent les dernières technologies. Faire le plein d’une Renault Zoé prendra toujours aux alentours de quatre heures (contre une vingtaine de minutes pour les bornes les plus rapides), tandis qu’une heure de charge permettra d’accumuler 40 km d’autonomie.

Une version utilitaire pour l’Autolib

Bolloré minimise ainsi les énormes surcoûts de raccordement au réseau EDF, mais même avec un maillage d’« au moins un point de charge tous les 40 kilomètres », les risques d’engorgement resteront réels et les longs trajets hors de propos. « L’Allemagne et les pays d’Europe du Nord équipent tout en charge rapide ; en France, seul Paris s’y est mis pour l’instant », pointe un industriel. Bolloré balaie l’argument. « Ce n’est pas un projet autoroutier, nous visons des compléments de charge pour un usage urbain, même si certaines bornes seront en milieu rural. »

Dans la foulée, Bolloré dévoilait hier la version utilitaire de l’Autolib’, baptisée « Utilib’ », pour le troisième anniversaire du réseau parisien. Destinés à des usages ponctuels pour les artisans et les commerçants, une centaine d’Utilib’ devraient être disponibles avant la fin du mois.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0203999780417-bollore-veut-installer-16000-bornes-de-recharge-en-france-1072748.php?xtor=RSS-68&I0YPsyVtlCo92v3h.99

Commenter cet article