Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notre parti, c'est Gourin

L'UCG - Union des Commerçants Gourinois - en phase avec les idées de "Notre parti, c'est Gourin"

9 Mai 2014, 11:41am

Publié par Gilles Bolzer

L'UCG - Union des Commerçants Gourinois - en phase avec les idées de "Notre parti, c'est Gourin"

Mardi dernier, l'UCG s'est réunie au château de Tronjoly pour évoquer les problématiques du centre ville, de son aménagement et de l'attractivité gourinoise.

Je constate avec plaisir, en lisant "Le Télégramme" d'aujourd'hui (voir pièce jointe), que les idées de la liste que je menais aux dernières élections municipales sont partagées et reprises par l'UCG. Le 10 mars dernier, lors du débat que nous avions mené avec les artisans et commerçants, tous les problèmes évoqués dans cet article avaient déjà été soulevés.

Ainsi, nous avions émis le souhait, en cas de réussite aux élections, d'aménager les ronds points d'accès au centre ville. Ces derniers sont effectivement la première "vitrine" de notre ville. Lors du débat en direct sur RMN, j'avais à nouveau souligné la tristesse de ces derniers en les comparant à d'autres ronds points de villes similaires bien plus jolis et incitant les touristes et visiteurs de passage à entrer dans la ville et à ne plus se contenter uniquement de la contourner...

Pour ce qui relève des ruines de Gourin, on ne peut qu'adhérer aux idées de l'UCG. Ces ruines sont une pollution visuelle pour notre cité et un danger réel dans certains cas ! Il est grand temps de faire quelque chose. La mairie s'y atèle actuellement mais il va falloir réfléchir et agir peut être différemment à l'avenir. Quand c'est possible, il est sans doute nécessaire que la mairie se porte acquéreuse de certains bâtiments au lieu de les laisser dépérir et menacer la sécurité des passants...

En ce qui concerne l'aménagement du centre ville, c'était l'objectif premier de notre invitation lancée aux commerçants et artisans le 10 mars ! En pleine campagne municipale et pour la première fois, une liste se portait au devant de ces professions car on ne peut agir sans écouter et dialoguer avec des partenaires aussi importants. C'est ce que j'ai répété pendant toute la campagne municipale. C'est ce que j'ai appelé "la démocratie participative" et l'avenir de la politique citoyenne passe par là ! Or, ce que je lis dans l'article du "Télégramme" aujourd'hui est plein de bon sens. Je suis ravi de constater que l'UCG veut et va aider l'association du cinéma de Gourin à continuer son développement dans les meilleures conditions possibles. J'ai toujours été partisan d'un soutien efficace et visible par rapport à cette dernière. Ces propos me rassurent autant qu'ils représentent, à mes yeux, une des pierres angulaires à la réussite de l'entreprise menée par l'association du cinéma Jeanne d'Arc.

Pour le FISAC (Fonds d'Intervention pour les Services, l'Artisanat et le Commerce), l'idée évoquée de pouvoir se servir de ses fonds ou d'une partie d'entre eux pour la mise aux normes des personnes à mobilité réduite dans tous les commerces doit être étudiée avec le plus grand sérieux. Durant la campagne des municipales, cette question était en effet au coeur des préoccupations des commerçants que j'ai rencontrés. Certains d'entre eux m'ont même fait part de leur très grande inquiétude par rapport aux frais qu'ils devraient engagés. J'ai même entendu une commerçante avouer que si cette loi l'obligeait à revoir l'entrée de son commerce, elle préférait partir que de débourser, à nouveau, des milliers d'euros...

Enfin, pour terminer, il est vrai aussi que l'aménagement du centre ville doit être l'affaire de tous et en premier de ceux qui y travaillent ! Par contre, je pense qu'il serait opportun, pour des questions relevant de grands aménagements comme celui-ci, de consulter toute la population. C'est aussi cela la démocratie participative. C'est le cadre de vie des Gourinois qui est en jeu et c'est l'argent public qui financera ces aménagements. Or, la municipalité se doit d'utiliser cet argent avec justesse et ces investissements doivent correspondre aux souhaits de la majorité de nos concitoyens-ennes. Les "boîtes à idées" ne concernent que ceux qui les voient et se déplacent en mairie. Non, l'affaire ici est trop sérieuse et engagera des frais importants. Aussi, un référendum municipal me semble la meilleure solution. Cela se fait bien ailleurs... Pourquoi pas à Gourin ?

C'est ainsi que je vois les choses.

C'est ainsi que je mènerais la politique urbaine si j'étais aux commandes de la ville...

Article issu du quotidien "Le Télégramme", édition de Pontivy du 9 mai 2014

Commenter cet article