Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Notre parti, c'est Gourin

Dernière ligne droite avant l'échéance

21 Mars 2014, 21:49pm

Publié par Gilles Bolzer

Bonsoir à tous les internautes fidèles de ce blog,

Ce soir à minuit, la loi m'interdira de mettre en ligne toute production dite de propagande pour inciter les électeurs à voter pour la liste que je conduis...

Cet article est donc un des derniers que je vais mettre en ligne.

Je tiens tout d'abord à remercier mes colistiers-ères pour l'excellent travail qu'ils ont fourni et le temps qu'ils ont consacré à travailler pour faire gagner notre liste aux Municipales. J'ai fait connaissance et travaillé avec une équipe formidable et je tenais à le dire. Cette expérience restera gravée dans nos mémoires et nous sortirons grandis de cette dernière.

Je ne vous cache pas que nous espérons vivement la victoire bien entendu....

Nous nous sommes battus pour nos idées. Chacun d'entre nous, à sa manière, a œuvrer pour faire de cette campagne une réussite totale. Des femmes et des hommes se sont investis à mes côtés pour changer les choses à Gourin. Nous sommes tous déterminés à permettre à notre commune de véritablement retrouver son rôle et son rayonnement dans le canton et au delà.

Nous croyons fortement en cet espoir. Nous voulons que vous y croyiez vous-mêmes. Gourin ne sera rien sans ses habitants. Gourin n'est rien sans vous. Chacun d'entre vous, à votre façon, vous pouvez, dimanche prochain, par votre vote, changer les choses et faire de Gourin une autre ville, un autre chef lieu de canton.

Nous comptons sur chaque vote. Sans vous, nous ne pouvons renverser la tendance et Gourin verra alors la même équipe diriger la commune et l'enfoncer très rapidement dans l'oubli.

La municipalité actuelle ne gouverne que pour des intérêts personnels. Elle n'a aucunement développé l'emplo et le dynamisme de Gourin depuis qu'elle est aux commandes de la ville. Cela fait déjà 13 ans que nous voyons, vous et moi, Gourin s'enfoncer dans un cercle vicieux qui l'entraîne vers le fond. Gourin se meurt, c'est une réalité. Rien ne peut aujourd'hui malheureusement contredire cet état de fait. Mais contrairement à ce que dit le maire actuel, la crise n'en est pas l'unique responsable de la situation. Il est toujours facile de rejeter sur autrui ses propres fautes.

Ainsi, lors de notre débat, le maire actuel, persuadé que les auditeurs n'entendraient pas ses propos puisque le débat était uniquement retransmis sur le net et non sur les ondes, a pu rejeter constamment la faute sur quelqu'un d'autre. Cela a même tourné à la caricature...

"Ce n'est pas moi c'est la crise"...

"Ce n'est pas moi qui suis le promoteur de ce projet c'est Roi Morvan Communauté"...

"Ce n'est pas à moi de changer les choses mais c'est à nos députés"...

Bref, ce n'est jamais de sa faute. Il ne prend jamais de décision. Il ne décide de rien, n'agit sur rien et pourtant se targue d'être "le premier interlocuteur économique de la commune"... Cela fait peur !

J'ai rencontré des investisseurs, des jeunes artisans désirant s'installer et s'agrandir qui n'ont jamais été écoutés par la mairie actuelle. J'ai entendu des commerçants, des artisans, me dire qu'ils n'avaient jamais vu le maire venir les voir et consommer chez eux en 13 ans !

Le maire actuel peut se vanter et fanfaronner en mettant en avant son appartenance aux bonnets rouges. Il est facile de mettre un bonnet sur une statue, la prendre en photo et la diiffuser sur Facebook en faisant croire à chacun que l'on défend des valeurs telles que "vivre et travailler au pays" !

Il est plus difficile de faire passer la pillule lorsque l'on sait que le premier magistrat de la commune préfère embaucher une personne qui ne vit pas à Gourin dans une structure municipale en lieu et place d'un gourinois !

Est-ce logique ?

Ne prend t-on pas les Gourinois pour des idiots ?

De la même façon, vivre et travailler au pays passe d'abord par "choisir les artisans gourinois autant que possible" ! Comment alors comprendre que la municipalité actuelle, dans les paniers cadeaux qu'elles offrent à nos anciens, préfère sélectionner des biscuits qui sont fabriqués ailleurs qu'à Gourin au détriment des bonnes crêpes bretonnes faites à la main sur Gourin ?

N'a t-on pas assez de fabricants de crêpes sur notre territoire ?

De qui se moque t-on ?

Est-ce cela diriger une municipalité ?

Est-ce ainsi que les Gourinois souhaitent vivre ?

Est-ce ainsi que l'on peut entrevoir l'avenir ?

Je pourrai multiplier ces exemples à l'envie et cela ne me réjouit pas du tout croyez-moi... J'en ai mal au coeur car entre temps, ce sont nos emplois, nos commerces qui disparaissent !

Personnellement, je n'ai nul besoin de mettre sur mon crâne un bonnet rouge pour convaincre les Gourinois du bien fondé de mon action. J'ai, par le passé, montré mon attachement au Centre Ouest Bretagne dans divers combats : l'hôpital de Carhaix, la poste de Ploerdut, les services publics tels que les écoles rurales menacées etc.

Je suis un partisan farouche du vivre et travailler au pays depuis belle lurette ! Je n'ai de leçon à recevoir de personne en la matière. Pas plus de David Le solliec que d'un autre cacique de parti politique national. Je ne me bats que pour permettre à chacun de nos concitoyens de vivre du mieux qu'il peut dans une région superbe, emprunte d'une richesse culturelle et humaine incroyables.

Je ne me battrai que pour cet idéal en toute honnêteté et pour l'ensemble de mes concitoyens-ennes. C'est la seule promesse que je ferai et je la tiendrai.

C'est ainsi que je vois la politique municipale : au delà des partis, au delà des différences, pour le profit de chacun et pour le bien commun. Ce n'est pas une utopie !

Ensemble, nous pouvons y croire !

Ensemble nous pouvons travailler pour bâtir un nouveau Gourin !

Ensemble, nous placerons Gourin au coeur du développement inter-communal seul à même de propulser notre commune au  coeur du XXIème siècle !

Pour cela, dimanche prochain, il n'y a qu'une seule solution : votez pour la liste "Notre parti, c'est Gourin".

Je compte sur vous. Nous comptons tous sur vous.

Dernière ligne droite avant l'échéance

Commenter cet article